Sosa 474 de Marie – A la recherche d’un inconnu

De même que pour ma propre ascendance, j’ai décidé, pour vérifier, étoffer et donner vie à l’arbre de Marie, de rédiger un billet sur certains de ses ancêtres. Comme tout le monde j’ai mes chouchous, mais pour ne pas faire de jaloux, j’ai décidé de les sélectionner de façon aléatoire, sinon je ne ferais de billet que sur ceux dont je sais déjà qu’ils ont un petit truc en plus. J’ai donc décidé de les tirer au sort dans les générations 3 à 9. Une fois sélectionné, même si je ne connais pas grand-chose sur l’heureux élu, je me fixe pour règle de ne pas tergiverser et de faire un billet sur lui quels qu’en soient l’intérêt et les informations que je possède à son sujet.

Je viens de tirer le n° 474. Mais problème, je ne sais pas qui est ce sosa dans la généalogie de Marie. Pour l’instant il n’est pas dans ma base. Mince !

J’ai donc décidé de faire cette recherche « en direct ». Je vais raconter ici mes recherches pour arriver à le trouver, si je le peux, pour l’instant il n’y a aucune garantie.

Donc au moment où je démarre cette quête, que sais-je de Mister 474 ? Oui car évidemment le sosa 474 est pair et est donc un homme.

Il est le père de Marie Magdelaine Boudier (sosa 237) née vers 1732 et décédée le 29 août 1769 à Courcouronnes dans l’Essonne.

Entre temps elle s’était mariée avec Pierre Moreau (sosa 236). C’est drôle dans mon billet précédent, la protagoniste (Nicole Jourdain) était aussi mariée à un Pierre Moreau, mais rien à voir (quoique qui sait) il s’agissait de la généalogie de Suzanne.

Elle a eu au moins cinq enfants avec lui :

  • Marie Louise, née le 13 avril 1763 et décédée 6 mois plus tard le 22 octobre 1763, le tout à Courcouronnes,
  • Pierre, né le 27 septembre 1764, et décédé 9 mois plus tard le 2 juin 1765, toujours à Courcouronnes,
  • Marie Claude, née le 2 avril 1766 à Courcouronnes, et dont je ne sais rien ensuite,
  • Jean Pierre (sosa 118), né le 5 août 1767 à Courcouronnes, marié avec Marie Michelle Rochard (sosa 119) à Livry-Gargan où il est décédé le 19 janvier 1837,
  • Jean Baptiste, né le 14 août 1768 et décédé 5 jours plus tard, toujours à Courcouronnes.

Je ne lui connais donc comme arrière-petits-enfants que les enfants de Jean Pierre : Thérèse, Antoine Pierre et Maire Séraphine nés entre 1794 et 1799 à Livry-Gargan.

Voilà, c’est tout.

Ma première démarche est donc tout simplement de chercher Marie Magdelaine Boudier sa fille sur Geneanet et Filae, pour voir si quelqu’un aurait trouvé son papa. Je ne trouve rien de plus que ce que je sais déjà sur Geneanet et rien du tout sur Filae. J’essaie aussi à tout hasard sur MyHeritage et Heredis Online, rien.

Bien souvent dans ce cas, je vérifie si j’ai bien sourcé et noté tous les témoins pour les évènements concernant les enfants et petit-enfants que je connais déjà. Et si ce n’est pas le cas, je le fais, cela permet parfois d’avoir des informations qui permettent d’avancer. Mais là, tout est déjà parfaitement sourcé et tous les témoins sont notés, aucun témoin qui pourrait ressembler à Mister 474. Cependant, je note que je ne connais ni la date ni le lieu du mariage de sa fille. Et pour l’instant je n’ai pas d’autre piste pour le lieu que Courcouronnes.

Bon je vais donc aller directement à la source, les registres paroissiaux de Courcouronnes pour essayer de trouver les actes de mariage et de baptême de Marie Magdelaine. A tout hasard, mais sans grand espoir, je cherche s’il existe sur le Net des relevés généalogiques pour Courcouronnes sur le 18e siècle. J’avais raison de ne rien espérer.

Sur le site des AD de l’Essonne, voici les registres qui pourraient m’intéresser entre 1730 environ et 1763 (date de naissance du premier enfant que je connais pour Marie Magdelaine) :

Comme vous le voyez il y a plusieurs lacunes importantes sur la période qui m’intéresse.

Mais bon, je me lance quand même et vous retrouve dans quelques heures après avoir parcouru les registres BMS de Courcouronnes (je crois d’ailleurs l’avoir déjà fait, mais ne le retrouve pas dans mon journal de recherches, tant pis pour moi).

Après environ 2h30 de recherches, j’ai parcouru tous les actes de 1730 à 1763, à la recherche de Boudier ou de Moreau et en regardant également les témoins.

J’ai trouvé le 4 mai 1762 un Pierre Moreau (sans doute le gendre de Mister 474), habitant de Courcouronnes et ne sachant pas signer. Il était témoin du côté de l’épouse du mariage de Louis Voisset, manouvrier et Jeanne Voisin, veuve de Sébastien Lesoeur.

Et j’ai aussi rencontré Magdeleine Moreau, femme de Pierre Thomas et mère de Germaine dont c’est le baptême le 16 juin 1755.

Peut-être est-ce une sœur de Pierre Moreau ? Toujours est-il que je n’ai rencontré aucun Boudier et donc très peu de Moreau. J’en conclus, tout au moins pour l’instant que Marie Magdelaine Boudier n’est pas originaire de Courcouronnes et ne s’y est donc peut-être pas mariée. Pierre Moreau non plus n’est peut-être pas de cette paroisse.

Par acquis de conscience je cherche si je trouve sur Geneanet ou Filae plus d’informations sur Magdeleine Moreau trouvée lors de cette recherche : sans succès. Tant pis, cela m’aurait peut-être permis de savoir d’où venait cette Magdeleine, j’aurai alors tenté de trouver un Pierre Moreau dans le même village.

J’avoue être dans une impasse, tout au moins avec les moyens que je peux trouver en ligne.

Je pourrais appliquer la technique de l’escargot et aller consulter les registres des communes alentour, mais sans aucune piste cela me prendrait un temps fou. Donc pardon Mister 474, mais pour l’instant je m’arrêterai là…

Je suis preneuse de toute autre idée qui pourrait m’aider à mener à bien cette recherche.

Et si l’un de vous rencontre des Boudier en Ile de France, et surtout si vous rencontrez un couple Moreau x Boudier, n’hésitez pas à me le signaler. Merci !

Sources :

4 Replies to “Sosa 474 de Marie – A la recherche d’un inconnu”

  1. 1
    Murielle

    Bonsoir Laëtitia,
    Ton article m’a impressionnée et passionnée. As-tu vu qu’une famille MOREAU habite déjà à Livry Gargan (vue 5/6/7 registre NMD 19/01/1793-22/08/1796 , LIG NC1) ? Ce qui pourrait expliquer le mariage de Jean Pierre MOREAU avec Marie Michelle ROCHARD qu’il a pu rencontrer lors d’une visite à ses « possibles » parents ? J’extrapole peut-être trop !
    Murielle (@Girondegenea)

    • 2
      Laëtitia

      Bonjour Murielle,
      En effet c’est une bonne idée d’aller voir vers Livry-Gargan. J’avoue qu’après l’épluchage des registres de Courcouronnes, je n’ai pas eu le courage de chercher davantage.
      Mais je vais creuser cette piste qui me paraît intéressante.
      Suite au prochain épisode.

    • 4
      Laëtitia

      J’ai fait cette recherche le week-end dernier réellement en « direct live » alors que j’écrivais le billet, et je devais être en forme pour me lancer là-dedans ! D’autant que je me doutais bien que cette recherche serait infructueuse, car normalement j’ai déjà essayé de compléter les trois arbres que je fais jusqu’à la 10e génération. Comme nous sommes ici à la 8e, j’avais sûrement déjà essayé et rien trouvé. Mais le temps passant les choses peuvent changer et de nouvelles pistes peuvent être trouvées.

      « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
      Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
      Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »

Répondre à Briqueloup Annuler la réponse