mai 282011
 

Statue de Rollon, dans les jardins de l'Hôtel de Ville à Rouen (on peut noter qu'en ce mois de mai 2011, il vient de retrouver son bras droit...).

Cette année 2011, onze-centième anniversaire de la naissance de la Normandie, est aussi l’année où j’ai découvert que Marie était une des nombreuses descendantes de Rollon.

L’origine de Rollon est incertaine puisque certains le disent venir du Danemark et d’autres de Norvège. La théorie majoritairement retenue est qu’il serait né vers 845 sur une des iles d’Ålesund en Norvège. Fils de Ragnvald Eysteinsson, il est banni de Norvège par Harald Haarfager (Harald à la belle chevelure) vers 875 suite à des actes de pillage dans le pays.

Il prend alors la tête d’une bande de Vikings, essentiellement composée de Danois et de Norvégiens et s’attaque aux côtes de la Mer du Nord et de la Manche. D’après Dudon de Saint-Quentin, historien du début du XIe siècle, il trouve refuge auprès d’un roi anglo-saxon qui lui confie une petite troupe d’Anglais avec laquelle Rollon part ravager la Frise, l’embouchure du Rhin et de l’Escaut.

Le Périple de Rollon d'après Guillaume Ernouf (source Wikimedia Commons)

Traditionnellement, l’arrivée de Rollon en Normandie daterait de 876, mais certains historiens contestent cette date et la situent plutôt entre 890 et 905. Quoi qu’il en soit, il finit par arriver en Neustrie (pillée régulièrement par les vikings depuis 840 environ) et s’installe dans la vallée de la Seine. De là, il participe à de nombreux raids dont le siège de Paris vers 886, s’empare de Bayeux dont il tue le comte Bérenger et épouse more danico sa fille Popa avec laquelle il aura plusieurs enfants.

Etant maître de la région de Rouen, Rollon menace le royaume franc. Or, en 911, des princes du royaume mettent en déroute son armée devant Chartres. C’est le moment que Charles le Simple, roi des francs (aussi ancêtre de Marie), propose à Rollon de négocier : en contrepartie de l’arrêt de ses pillages, le roi offre à Rollon un territoire autour de Rouen, qui deviendra une centaine d’années plus tard le Duché de Normandie. Nous sommes en 911 les deux hommes signent le traité de Saint-Clair-sur-Epte, frontière du territoire normand. Rollon s’engage également à bloquer les autres incursions vikings menaçant le royaume franc. Il se fait baptiser en 912 en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert, du nom du duc Robert, son parrain (également ancêtre de Marie) et épouse Gisèle, la fille de Charles le Simple dont il n’aura pas d’enfant.

Considéré comme le premier duc de Normandie et le fondateur du duché, il ne porte pourtant pas le titre de duc de Normandie mais seulement celui de jarl des Normands, l’équivalent norrois du français « prince ». Il hérite aussi de la charge carolingienne de comte de Rouen, titre de celui qui défendait la Seine contre les incursions vikings.

Rollon lui-même et son entourage sont sans doute restés proches de leurs traditions païennes mais il s’appuie sur l’archevêque de Rouen pour relancer l’Église séculière et rétablir la vie monastique. Il favorise ainsi notamment le retour des moines de Saint-Ouen. Il organise  son duché et rend sédentaires ses soldats, entre lesquels il partage ses terres. Les Vikings se fondent dans la population. Les noms de plusieurs villes et bourgs de Normandie viennent du norrois : Anquetil, Toutain, Bricquebec, Caudebec, Yvetot, etc…

Rollon poursuit également ses expéditions et ses tentatives d’extension territoriale. Il mène une entreprise de pillage jusqu’à Beauvais avec Ragenold, chef des Vikings de la Loire. En 924, le comte Herbert II de Vermandois (encore un ancêtre de Marie) et le roi Raoul, mandé par Hugues le Grand (un autre ancêtre de Marie), fils du roi Robert Ier, parrain de Rollon le prédécesseur de Raoul, mènent une expédition punitive sur le comté de Normandie. Rollon réagit à cet affront en poussant son armée cette fois-ci bien au-delà de l’Oise. Le roi est alors contraint de payer un tribut aux Normands. Rollon reçut également en réparation les régions du Bessin et de l’Hiémois.

En 925, Rollon prend position dans le comté de Flandre ; les villes de Beauvais, d’Amiens, d’Arras et enfin de Noyon sont pillées et incendiées. Face à cette incursion, le Herbert de Vermandois et le roi Raoul allient leurs forces pour piller le comté de Normandie. L’armée de Rollon les repousse, mais il doit faire face à une révolte des gens du Bessin, qui refusent la nouvelle tutelle comtale.

La répression franque ne s’arrête pas pour autant. Arnoul Ier de Flandre (lui aussi ancêtre de Marie) s’empare de Bresles, et attaque Eu. Rollon y envoie des renforts mais les Francs ont raison de la forteresse, qui finit par être brûlée avec ses occupants. Les Normands acceptent alors les termes de l’accord et rendent les terres qu’ils venaient de conquérir.

On ne sait pas exactement quand meurt Rollon. Peut-être est-ce lors du siège d’Eu puisqu’en 927, on voit son fils Guillaume Longue-Épée, prêter serment de fidélité pour les Normands ou quelques années plus tard si on suppose qu’il a abdiqué en faveur de son fils…

Selon le père Anselme, il est inhumé dans la cathédrale de Rouen, puis sa dépouille transférée à l’abbaye de Fécamp dans la seconde moitié du Xe siècle, sous le principat de Richard Sans-Peur, son petit-fils.

Gisant de Rollon dans la cathédrale de Rouen

De toutes les fondations scandinaves en Occident, seule la Normandie s’est maintenue au-delà de trois générations. Rollon est à l’origine de cette réussite…

Sources :

Sorry, the comment form is closed at this time.