Jean Breton, une recherche impossible ?

Voici une recherche dont je ne suis pas sûre du tout qu’elle puisse aboutir… mais pour essayer de la mener quand même au bout, j’ai besoin d’aide.

En effet j’essaie de trouver un dénommé Jean Breton (oui… son nom n’aide pas) dont je sais très peu de choses.

Jean Breton est le père de Françoise Romaine Stéphanie Breton, et c’est pour comprendre l’origine de celle-ci que j’aimerais en savoir plus sur son père, mais j’ai très peu d’informations.

En effet, Stéphanie (a priori c’était son prénom usuel) est née à Vienne en Autriche le 3 novembre 1809 de Jean et Catherine Steinbrecken. On la retrouve ensuite à Rouen en 1828 où elle met au monde une petite fille Françoise Alexandrine Breton le 24 mars 1828. Celle-ci décède malheureusement quelques jours plus tard le 11 avril alors qu’elle était en nourrice à Fresne-le-Plan. Ce sera son seul enfant. Stéphanie vit à Rouen au moins jusqu’à 1864. Le 17 avril 1846 sa mère décède à Paris. Elle se marie sur le tard avec Pierre Prosper Alexandre Quibel à Paris le 29 septembre 1869. Elle a 59 ans et lui 71 ! Prosper est rouennais et est un ancien courtier en assurance à Rouen, une très bonne situation. A la retraite il a semble-t-il déménagé à Paris. Le couple devait se connaître bien avant son mariage et a sans doute voulu régulariser la situation sur les vieux jours de Prosper. Celui-ci décède le 14 novembre 1886 à Fontainebleau où il habitait. Stéphanie est sa seule héritière. Ensuite je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Elle n’est pas décédée à Fontainebleau, ni à Paris, ni à Rouen. J’ai consulté les tables décennales de ces trois villes.

Les sources de ces informations sont au nombre de quatre :

  • Acte de mariage de Françoise Romaine Stéphanie Breton avec Pierre Prosper Alexandre Quibel le 29 septembre 1869 à Paris (AD 75 – Paris 18e – M 25 septembre 1869-7 octobre 1869 – V4E 2227 – vue 13). Voir ci-dessus.
  • Acte de naissance de Françoise Alexandrine Breton le 24 mars 1828 à Rouen (AD 76 – Rouen – N 1828 – 1828/06/30 – 3E 00999 – vue 93).
  • Acte de décès de Françoise Alexandrine Breton le 11 avril 1828 à Fresne-le-Plan (AD 76 – Fresne-le-Plan – NMD 1825-1832 – 3E 00252 – vue 56).
  • Acte de décès de Pierre Prosper Alexandre Quibel le 14 novembre 1886 à Fontainebleau (AD 77 – Fontainebleau – D 1886 – 6E198/180 – vue 88).
  • Acte de décès reconstitué de Catherine Steinbrecken le 17 avril 1846 à Paris (FamilySearch – 007823851 – vue 1743).

Ces actes sont les seules sources qui m’ont apporté le peu que je sais de Jean Breton.

C’est par l’acte de mariage de Stéphanie que je le découvre ainsi que sa femme Catherine Steinbrecken. J’y apprends aussi qu’il est passé ou a vécu à Vienne en 1809 où est née sa fille.

Par l’acte de décès de Catherine Steinbrecken, je constate qu’il est décédé avant 1846 puisque Catherine est dite « veuve Breton » dans ce document. Et il apparaît aussi que Catherine, que j’avais d’abord imaginée autrichienne, était en fait prussienne. Elle était en effet originaire de Kreuznach en Allemagne ou elle serait née vers 1773.

Et voilà, c’est tout !

Bien entendu, j’en déduis que Jean Breton était sans doute un soldat engagé dans les guerres napoléoniennes. J’imagine qu’il a combattu au moins lors de la Campagne d’Allemagne et d’Autriche conclue par le Traité de Vienne (ou de Shönbrunn) le 14 octobre 1809 quelques jours avant la naissance de sa fille Stéphanie. Je l’imagine participant aux batailles d’Eckmühl ou Wagram ! J’imagine également qu’il a rencontré Catherine Steinbrecken, au plus tard début 1809, quelque part en Prusse et qu’elle l’a suivi au fil des périgrinations de la Grande Armée. Du coup, j’imagine aussi qu’il a participé auparavant à la Campagne de Prusse

J’imagine qu’il est ensuite revenu en France avec femme et enfant et qu’il est décédé à Paris puisque sa femme y est décédée. Je n’y ai pas trouvé son acte de décès, mais nous sommes avant 1860, et cet acte n’a peut-être tout simplement pas été reconstitué.

Mais tout cela n’est que spéculations qui ne reposent sur aucun élément tangible.

Je me demande donc maintenant comment progresser dans ma recherche.

Ce que j’aimerais savoir :

  • Où et quand est né Jean Breton.
  • Où et quand Jean Breton s’est marié avec Catherine Steinbrecken.
  • Où le couple s’est installé à son retour en France, et quand, si tant est qu’ils soient revenus tous les deux, on pourrait aussi imaginer que Jean est décédé sur le champ de bataille et que seule Catherine et sa fille sont revenues en France.
  • Où et quand est décédé Jean Breton.

Et aussi :

  • Pourquoi sa fille Stéphanie est venue habiter à Rouen.
  • Où et quand est décédée Stéphanie.

Du coup je me pose plein de questions auxquelles je ne sais pas répondre.

Tout d’abord, comment faire pour me procurer l’acte de naissance de sa fille Françoise Romaine Stéphanie Breton née le 3 novembre 1809 à Vienne (Autriche) ? J’ai l’impression que c’est mission impossible car pour trouver un acte de naissance en Autriche pour cette époque là il faut connaître la paroisse, dont je n’ai bien évidemment aucune idée.

Comment trouver l’acte de mariage de Jean Breton et Catherine Steinbrecken ? Je n’ai évidemment aucune idée de l’endroit où ils se sont mariés. Prusse, Autriche ou autre ?

Comment retrouver la carrière militaire de Jean ? Bien-sûr je devrais le trouver en épluchant les registres matricules sur Mémoire des Hommes… mais comment m’organiser pour essayer de cibler quels registres consulter ? Ici j’aurais besoin d’un spécialiste des mouvements des armées napoléoniennes qui pourrait me pointer les régiments qui ont participé aux campagnes auxquelles Jean a peut-être participé. Ceci dit, je sais très bien que je vais trouver des dizaines de Jean Breton et que je ne saurais sans doute jamais qui est le bon ! En cherchant sur la base Léonore, au cas où, j’ai trouvé deux Jean Breton qui avaient eu la Légion d’Honneur, dont un qui était très probablement à Vienne en 1809, j’ai eu un petit moment d’excitation, mais je suis vite retombée sur terre car celui-ci était décédé en 1855 alors que je sais que Jean Breton n’était déjà plus en vie en 1846.

Bref comme je le disais, c’est quasiment mission impossible, mais si vous avez des réponses à mes questions ou des idées de pistes à suivre je suis preneuse.

Merci d’avance !

13 Replies to “Jean Breton, une recherche impossible ?”

  1. 1
    Annick MESSAGER

    Bonjour Laetitia, sur l’acte de mariage de Françoise, je lis qu’elle est propriétaire au 37, rue Lepic. Avez vous tenté les archives notariales ? Avec l’acte d’achat et de vente, vous auriez peut être des informations complémentaires puisque vous avez l’adresse de plusieurs domicile où il est précisé « propriétaire »
    Vous pouvez consulter aussi les tables de sucessions et absence , pour le décès de son mari, j’ai trouvé ceci qui mentionne un testament en faveur de sa femme page 154:
    http://archives-en-ligne.seine-et-marne.fr/mdr/index.php/docnumViewer/calculHierarchieDocNum/288935/1345:768499:17664:288935/655/1164
    Pour les recherches en Autriche, consulter l’ambassade ou le consulat, ils auront peut être des adresses ou des cercles à vous donner qui vous pourraient vous aider, voici un lien au cas où :
    https://www.bmeia.gv.at/europa-aussenpolitik/auslandskultur/kulturforen/kulturforum-paris/
    Essayer aussi de voir si Catherine n’avait pas pris la nationalité Française via Gallica ou en consultant les registres dans les TI (car sur Gallica je n’ai pas trouvé mes grands parents Polonais), Vous aurez des indications – normalement – de père mère où conjoint et parfois enfant.
    Pour les archives militaires, malheureusement je suis comme vous, dans le flou, j’ai un ancêtre de la même époque mort en 1810 dont j’ai le grade et le régiment mais je n’ai toujours pas réussi à trouver ou c hercher, un mail à Mémoire des hommes pour une aide à la recherche est resté sans réponse…
    Par contre, j’ai trouvé ça pour les archives de guerre Autrichienne, je ne sais pas si cela pourra vous être utile :
    https://ldap.gv.at/#/organisation/gvouid%3DAT%3AB%3A1000374%2Cou%3DOrgUnits%2Cgvouid%3DAT%3AB%3A111%2Cdc%3Dat
    voilà, j’espère vous avoir aidé un peu pour vos recherches et j’espère qu’elles seront fructueuses.
    Passez une bonne journée
    Cordialement
    Annick MESSAGER

    • 2
      Laëtitia

      Bonjour Annick,

      J’ai en effet pensé aux actes notariés. Mon problème est que pour l’instant je ne peux faire de recherches que via Internet. Donc pas facile d’avancer sur ce type d’archives. Mais il est vrai que je n’ai pas encore creusé suffisamment cette piste.
      Pour les tables de successions et absence, oui j’avais aussi trouvé la page que vous m’indiquez sur les AD 77. Aussi à creuser.
      Pour l’Autreiche, j’ai pour l’instant écrit aux Archives de Vienne (http://www.archiv.wien.gv.at/) qui m’ont répondu qu’il fallait connaître la paroisse, et bien entendu, je n’en ai aucune idée. Mais c’est à mon avis la piste qu’il faut creuser en priorité ! Merci pour les liens que vous m’indiquez je vais regarder ça.
      Je n’avais pas du tout pensé à la demande de nationalité française, très bonne idée !

      Un grand merci, je vais explorer toutes ces pistes !

  2. 3
    Pierre BOITON

    Bonjour,
    J’ai regardé si Familysearch connaissait des familles STEINBRECKEN. Que nenni! Par contre, il connaissait une Eva STEINBRECHER née à Kreuznach (Rhein-Prussen).
    Deux naissances avec dates recensées
    Nom:
    Joannes Ignatius Steinbrecher
    Type d’événement:
    Christening
    Date de l’événement:
    Nov 1794
    Lieu de l’événement:
    Kreuznach, Bad Kreuznach, Rhein, Preußen, Deutschland
    Lieu de l’événement (original):
    Sankt Nikolaus Roemische e, Kreuznach, Rheinland, Prussia
    Sexe:
    Male
    Nom du père:
    Sebastianus Steinbrecher
    Nom de la mère:
    Magdalena Gruenwald

    Quant aux recherches des régiments qui pouvaient se trouver à tel endroit sur telle période, il me semble que les régiments n’ont pas arrêté de se déplacer. Pendant que son épouse accouchait à Vienne, bien possible qu’il guerroyait loin de là.

    Bon courage en tout cas!

    Pierre BOITON

    • 4
      Laëtitia

      Bonjour Pierre,

      Oui, j’avais aussi trouvé cette entrée sur FamilySearch, il est en effet fort probable qu’il y ait un lien. Comme j’étais focalisée sur Jean Breton, je n’ai pas poussé davantage dans cette voie, mais cela pourrait m’aider peut-être à retrouver le mariage…
      Et oui pour les régiments, je n’ai en effet pas la garantie que Jean Breton était à Vienne au moment de la naissance de sa fille… tout (ou presque) n’est qu’hypothèse dans cette recherche !
      Merci, je vais me relancer sur la piste Steinbbrecker(n).

  3. 9
    Guillaume

    Sinon pour les histoires régimentaires, il faut sans doute passer par les livres du Général Susane. On les trouve plus ou moins en ligne. Histoire de l’Ancienne Infanterie Française en 8volumes, Histoire de la cavalerie française en 3 volumes, Histoire de l’Artillerie française en 1 volume. Ca devrait t’aider à trouver quelles étaient les troupes présentes à Vienne en 1809.
    @micalement
    Guillaume

  4. 11
    Arnaud Serander

    Bonjour Laëtitia,
    Stéphanie Breton est décédée le 10 août 1895 à Fontainebleau [AD77, 6E198/180 registres d’état civil de Fontainebleau] et [L’Abeille de Fontainebleau, 16 août 1895]
    Cordialement,
    Arnaud Serander

    • 12
      Laëtitia

      Comment se fait-il que je n’ai pas trouvé ce décès ?!? Sans doute un manque d’attention à la fin d’une longue journée de recherches ! Merci Arnaud !

  5. 13
    Arnaud Serander

    Bonjour,
    Sous l’Empire, la femme prenait automatiquement la nationalité de son mari. La femme française épousant un étranger perdait donc la nationalité française, tandis que la femme étrangère épousant un Français devenait française. Catherine Steinbrecken, par son mariage, avait donc probablement la nationalité française. Les recensements de Fontainebleau indiquent que les parents de Stéphanie Breton étaient français.
    Arnaud

+ Leave a Comment