Sosa 6 de Suzanne – Jacques Fritsch (1858-1902)

Panorama de Wasselonne

De même que pour ma propre ascendance, j’ai décidé, pour vérifier, étoffer et donner vie à l’arbre de Suzanne, de rédiger un billet sur certains de ses ancêtres. Comme tout le monde j’ai mes chouchous, mais pour ne pas faire de jaloux, j’ai décidé de les sélectionner de façon aléatoire, sinon je ne ferais de billet que sur ceux dont je sais déjà qu’ils ont un petit truc en plus. J’ai donc choisi de les tirer au sort dans les générations 2 à 9. Une fois sélectionné, même si je ne connais pas grand-chose sur l’heureux élu, je me fixe pour règle de ne pas tergiverser et de faire un billet sur lui quels qu’en soient l’intérêt et les informations que je possède à son sujet.

Le tiré au sort est aujourd’hui le n° 6 : Jacques Fritsch le grand-père maternel de Suzanne.

Il naît le 26 juin 1858 à Wasselonne dans le Bas-Rhin. Ses parents sont Georges Louis Fritsch (sosa 12) et Anne Marie Gaessler (sosa 13).

Georges Louis est né en 1806 à Schwenheim où ont vécu plusieurs générations de Fritsch. Il est le dernier fils d’Antoine Fritsch (sosa 24), laboureur, et seul enfant (à ma connaissance) issu du dernier mariage de celui-ci avec Veronica Bosch (sosa 25). Mais il appartient à une famille nombreuse puisque son père a déjà eu au moins 5 filles et 5 garçons de son précédent mariage avec Barbara Troesch. Et Georges Louis aura encore au moins un frère et une soeur du mariage de sa mère avec Michel Schwartz après le décès de son père en 1808. Il sera valet de labour.

Anne Marie Gaessler la mère de Jacques est elle fille unique et naturelle de Catherine Gaessler (sosa 26), journalière. Elle est pour sa part née à Knoersheim en 1819.

Ils se sont mariés à Wasselonne, où ils habitaient tous deux, le 29 décembre 1841, 17 ans avant la naissance de Jacques. Celui-ci est leur dernier enfant. Avant lui étaient nés 2 soeurs et 2 frères :

  • Louise née le 25 septembre 1842,
  • Caroline née le 22 décembre 1844,
  • Georges Louis né le 4 décembre 1847,
  • Charles né le 29 octobre 1850.

Lorsqu’en 1870, la guerre franco-allemande éclate, Jacques a 12 ans. En 1872, après la défaite de la France et l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne, Louise, Georges Louis, Charles et Jacques optent pour la France. Ils habitent alors respectivement à Charly (02), Bonneil (02), Pantin (93) et Paris. Je ne sais pas ce qu’a fait Caroline la deuxième sœur de Jacques. Je n’ai trace d’elle que jusqu’en 1861 et ne sais pas ce qu’elle est ensuite devenue.

En 1872, Jacques n’a que 14 ans. Que fait-il à Paris ? Y est-il venu seul ? Est-ce son frère Charles qui l’y a emmené ? Je n’en sais rien. Il ne semble pas que ses parents soient partis de Wasselonne, ils n’ont a priori pas opté pour la France contrairement à leurs enfants. Ils n’ont sans doute pas souhaité s’exiler alors qu’ils ont déjà 66 et 53 ans.

Ils décèderont à Wasselonne en 1887 pour Georges Louis et 1890 pour Anne Marie.

Quant aux frères et sœurs de Jacques, je ne sais pas non plus ce que devient Louise après 1872. Georges Louis se mariera à Bonneil et aura au moins 3 enfants et mourra après 1908. Charles lui ne se mariera pas et décèdera à 25 ans en 1875 à Paris où il était garçon de café.

En 1886, Jacques habite à Saint-Ouen où il a rencontré Clémence Thomas (sosa 7) qu’il épouse le 18 décembre. Clémence est née en 1860 à Bailleul-Sir-Berthoult dans le Pas-de-Calais. Son père Louis Thomas (sosa 14) était employé au chemins de fer comme ouvrier terrassier et sa famille a déménagé plusieurs fois au gré des chantiers sur lesquels il travaillait. Au moment du mariage Clémence est sans profession et Jacques est employé. Je n’ai pas plus de précisions.

Deux après leur mariage leur seule enfant naît. Il s’agit de la petite Gabrielle Marie (sosa 3) qui vient au monde le 1er janvier 1886 au 6 rue de Lévis dans le 17e arrondissement de Paris, le domicile de ses parents.

Le couple se sépare en 1897. Le divorce est prononcé à la requête et au profit de Jacques.

Que se passe-t-il alors ? Est-ce que le lien père/fille sera quand même maintenu ? Si oui, cela ne durera pas longtemps car Jacques décède à l’hôpital Necker le 4 mai 1902. Sa fille a alors 13 ans.

Il était alors employé aux tabacs et habitait au 142 boulevard de Grenelle.

Sources :